Quue visiter

Booking Arrival date     Nights    

Gargnano

 
Limonia Sig. Gandini Luciano (8 Km)
Via Libertà, 2
Tel 0365 71543 ; 0365 71840

Horaires: visites uniquement sur réservation

Il est vraiment dommage que les citronneraies en exercice ne se comptent que sur les doigts de la main. Parmi elles, la citronneraie de Gargnano que Giuseppe Gandossi travaille avec les systèmes d’autrefois et qui est restée pratiquement intacte au fil des ans. Beaucoup d’efforts et de passion. Et le bon Giuseppe offre la plupart de sa récolte de citrons aux amis.


« Je l’ai achetée dans les années Soixante-dix, je cherchais une maison, que j’ai rénovée à partir de la dépendance – raconte-t-il – et ensuite je me suis passionné pour l’entretien de la citronneraie, puisque la structure était en bon état. Je ne fais appel au travail de collaborateurs externes que pour les interventions extraordinaires, pour la taille ou le remplacement d’éléments fixes de couverture, et c’est moi qui me charge du reste ». Les citronneraies risquent cependant de disparaître, malgré des dizaines d’appels de la part des autorités et des savants.


« Nous ne recevons l’aide de personne – ajouta Gandossi – et c’est assez étrange parce que je pense que les citronneraies peuvent être une grande source d’attraction pour le lac de Garde. Je ne me trouve pas dans une situation si dramatique, mais je ne vous cache pas la nécessité d’un encouragement, pas tant pour la production des citrons, mais pour la conservation d’un patrimoine culturel et artistique particulièrement précieux ».
La culture des citrons sur le lac de Garde, et en particulier sur la rive côté Brescia, connut son plus grand essor au XIXe siècle et la plupart de la production était destinée à l’Europe du nord.

Localité au charme antique, Gargnano est un petit bijou serti dans le vert des oliviers et le bleu de l’eau du lac.
Enveloppée dans une atmosphère imprégnée d’histoire et de folklore, Gargnano est citée dans un document de l’an 973, pour une donation à la cathédrale de Vérone. 

Au XIIIe siècle, elle devint un centre spirituel et religieux quand les franciscains fondèrent un couvent et l’église de San Francesco en 1285. Durant la première moitié du XVe siècle, elle fut chef-lieu d’une “quadra” (division administrative sous la République de Venise) de la Magnifica Patria (fédération de 36 Villes divisées en 6 “quadre”).

Bogliaco, fraction de Gargnano, centre déjà florissant pour la culture d’oliviers et de citronniers, connut un prestige supplémentaire grâce à la famille Bettoni qui y construisit la splendide villa en 1700 sur un projet du véronais Adriano Cristofali.

Sous la République de Salò les deux villas Feltrinelli, dont l’une est aujourd’hui le siège de l’université de Milan, abritèrent Mussolini et les membres de sa famille.

En montant vers la zone collinaire, il est possible d’admirer les petites églises typiques de San Pier D’Agrino et du Sacro Crocifisso.